L'histoire du Kommando: le camp de Royallieu.

Royallieu est un camp de transit, une étape entre la prison d’où l’on vient et le camp de concentration où l’on va.

C’est aussi le premier centre de déportation des prisonniers politiques.

 

C’est de la gare de Compiègne que partit, le 27 mars 1942, à destination d’Auschwitz, le premier train de déportés quittant le sol français.

 

De ce même quai, 39 autres trains emporteront 40 000 hommes et femmes du Frontstalag 122 vers les camps de concentration et d’extermination nazis.

 

Le 17 août 1944, le dernier train part en direction de Buchenwald avec 1242 hommes.

Le trajet est très différent des précédents départs.

Les détenus sont amenés en camion vers Rethondes et entassés dans des wagons à bestiaux en pleine forêt d’où le convoi ne partira que le lendemain.

Le train est stoppé à Soissons et à Reims par le Consul général de Suède Raoul Nordling qui tente à deux reprises d’empêcher son départ. Sans succès.

 

Le 22 août 1944, le convoi arrive à Buchenwald.

Ce dernier convoi sert l’effort de guerre allemand. Tous les survivants du voyage vont rejoindre les kommandos de travail.

 

Le 13 septembre 1944 près de la moitié du convoi est envoyée à Neu-Stassfurt pour y exploiter des mines de sel.

Quelques rares Déportés sont transférés au camp de Dachau.